un compteur gratuit pour votre site web

2. Anatomie de la jument

LA JUMENT

Anatomie de la jument


 

Col utérin - D'environ 10 cm (4 po) de longueur, extrémité inférieure de l'utérus s'ouvrant sur le vagin et servant à maintenir un milieu stérile dans l'utérus. Le col se dilate quand la jument est en chaleurs et il se referme en l'absence de chaleurs ou de gestation.

Infundibulum - Structure en forme d'entonnoir venant coiffer l'ovaire à l'extrémité de l'oviducte et permettant de capter l'ovule libéré à l'ovulation et de le transporter jusque dans l'oviducte.

Ligament large - Couche résistante de tissus fibreux renfermant des vaisseaux sanguins et des nerfs qui sert à suspendre la majorité du tractus génital dans l'abdomen. 

Ovaire - Gonade (glande sexuelle) de la jument. L'ovaire produit l'ovule (œuf) qui sera fertilisé et sert de glande endocrine produisant les hormones que sont les œstrogènes et la progestérone.

Oviducte - Long conduit à circonvolutions allant de l'infundibulum à la corne utérine correspondante. Sert à acheminer le sperme et l'ovule vers le site de la fécondation qui se trouve dans le tiers supérieur de l'oviducte. L'ovule fécondé est ensuite transporté jusque dans l'utérus.

Utérus - Organe constitué du corps proprement dit de l'utérus qui s'ouvre sur le col utérin, vers l'extérieur, et qui, du côté postérieur, possède deux cornes utérines divergentes qui débouchent sur les oviductes. L'utérus est l'endroit où l'embryon se développe et se nourrit. Il produit en outre des hormones et sert de réceptacle à la semence lors de la monte naturelle.

Vagin - Partie de la filière pelvigénitale (trajet parcouru par le fœtus) située dans la ceinture pelvienne et s'étendant du col utérin à la vulve.

Vulve - Ensemble des parties extérieures de l'appareil génito-urinaire (fait partie de la filière pelvigénitale et comprend le méat urinaire).

Fécondation
Chez la jument, le sperme est déposé à l'intérieur de l'utérus (monte naturelle) ou dans le corps de l'utérus (insémination artificielle). Les mouvements musculaires de l'utérus et de l'oviducte sous l'effet des œstrogènes sont responsables de la migration du sperme jusqu'à l'oviducte.

À la rupture du follicule, l'ovule est libéré et capté par l'infundibulum. L'infundibulum entraîne l'ovule dans l'oviducte où il vient en contact avec le sperme. L'union du sperme et de l'ovule forme le zygote, l'œuf fécondé qui donnera l'embryon. L'embryon migre ensuite vers l'utérus. Il faut environ 6 jours à l'embryon pour quitter le site de la fécondation et atteindre l'utérus. Tout ce temps, l'utérus subit l'influence de la progestérone ovarienne, responsable de la création d'un milieu propice au développement et à l'implantation de l'embryon.

Des études montrent que l'embryon est relativement mobile à l'intérieur de l'utérus jusqu'aux 16e ou 17e jours suivant l'ovulation, en raison d'un tonus utérin accru, de l'épaississement des parois de l'utérus et de l'agrandissement de la vésicule. Le mouvement dans l'utérus joue un rôle dans l'inhibition du cycle œstral de la jument.
L'implantation survient vers le 35e jour de gestation et le début de la formation du placenta, entre les 40e et 45e jours environ. Jusque-là, le sac amniotique n'est aucunement attaché à l'utérus.

Âge
Les chevaux atteignent la puberté à un âge variant entre 12 et 18 mois. Il est par conséquent conseillé de garder les poulains et les pouliches séparés les uns des autres passé l'âge d'un an. Bien que possible, la reproduction des jeunes chevaux n'est pas conseillée. Les juments qui sont fécondées avant la maturité nécessitent une diète et des soins particuliers, surtout pendant la période de lactation et les trois derniers mois de gestation (en raison du risque de dystocie), afin qu'elles-mêmes et leur progéniture aient la chance de réaliser leur potentiel génétique.

Pour évaluer la qualité des juments, les manier et leur faire subir des tests avant la monte. Si elles se reproduisent bien, la valeur de leurs poulains ou pouliches augmentera.

Gestion
L'état de chair de la jument influence sa performance de reproduction. Avec des juments qui sont moyennement grasses (léger sillon le long du dos, gras recouvrant les contours des côtes, gras visible le long de l'encolure et autour du garrot, et coussinet adipeux autour de l'attache de la queue), on peut s'attendre à :

- un cycle apparaissant plus tôt dans l'année;

- moins de cycles par fécondation;

- des taux de conception plus élevés;

- un maintien de la gestation plus facile que chez les juments maigres.

Il est par conséquent recommandé de préparer une jument à la reproduction à l'aide d'un programme alimentaire lui assurant un apport suffisant en aliments de haute qualité et équilibrés sur le plan nutritionnel.

Pour voir si la jument est pleine (gestante), une échographie par voie rectale est recommandée aussi tôt que 12 à 15 jours après la saillie. Le vétérinaire peut aussi effectuer un contrôle entre les 45e et 120e jours pour confirmer la gestation. Il s'agit alors d'un test sérologique visant à déceler la présence de gonadotrophine chorionique équine; ce test ne garantit pas que la jument est gestante au moment du test, mais qu'elle l'était jusqu'au 37e jour de gestation. Le fait de savoir qu'une jument n'est pas pleine permet de planifier de nouvelles saillies.

L'adoption des pratiques de gestion recommandées et une bonne compréhension des notions de base de la reproduction applicables à la jument sont des conditions gagnantes pour connaître du succès sur les plans de la santé de la reproduction et de la performance de la jument.

 

images70.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !