un compteur gratuit pour votre site web

7. Code de Circulation pour cavaliers

Circulation

Obligations des autres usagers de la route
Les chevaux ont la tendance de fuir de ce qu’ils estiment un danger. Cet instinct d’autoprotection est propre à tous les animaux. Si un cheval manifeste des signes de frayeur, l’autre l’imitera. Si leurs cavaliers leur empêchent de fuir, les chevaux seront encore plus effrayés, feront des mouvements brusques en tout sens ou commenceront à se cabrer. Au pire, les cavaliers risquent de glisser ou de tomber de leur cheval prenant le mors aux dents.

C’est pourquoi les conducteurs ont certaines obligations vis-à-vis des cavaliers:

  • Tout      conducteur doit immédiatement ralentir lorsqu’il s’approche de      chevaux de trait, de charge, de montures ou de bestiaux.
  • Tout      conducteur doit s’arrêter au moindre signe de frayeur.
  • Il      est interdit d’effrayer les animaux en faisant du bruit! Les      conducteurs sont également obligés de prendre les mesures nécessaires,      afin que le chargement ainsi que le matériel pour fixer le chargement ne      fassent pas paniquer les animaux.
  • En      croisant ou doublant des chevaux, les conducteurs sont tenus à garder une distance      latérale suffisante.
  • Tout      conducteur doit éviter tout mouvement brusque à l’approche d’un      cheval.
  • Tenez      les chiens en laisse.
  • Ne      faites pas de bruit ou réduisez le bruit: des moteurs bruyants, des cris, des bruits      de freinage, des coups de klaxon, … Tout ceci peut effrayer les chevaux.

 

CODE DE LA ROUTE POUR LES CAVALIERS

Sur la voie publique, le cavalier est considéré comme un conducteur, tout comme l’automobiliste ou le cycliste. Par conséquent, il doit se conformer à toutes les règles du code de la route applicables sur les conducteurs. S’il met pied à terre et marche à côté de sa monture, le cavalier reste conducteur aussi longtemps qu’il se trouve sur la voie publique.

Tout comme les autres chauffeurs, il doit être continuellement en mesure de réaliser toutes les manœuvres nécessaires. Il lui appartient donc de parfaitement maîtriser sa monture lorsque cette dernière sursaute par exemple en raison d’un avion, d’un camion ou de phares de voiture.
Selon la loi, les cavaliers doivent avoir l’âge requis de 14 ans pour circuler sur la voie publique. Cet âge est toutefois ramené à 12 ans, à condition que l’on soit accompagné d’un cavalier âgé de 21 ans. Par contre, les conducteurs d’un attelage doivent être âgés d’au moins 16 ans.

A l’instar des autres conducteurs, les cavaliers doivent circuler le plus près du bord droit de la voie. Les conducteurs d’animaux de trait non attelés, de bêtes de charge ou de montures ou de bestiaux peuvent, en dehors de l’agglomération, circuler sur les accotements de plain-pied à droite par rapport de leur sens de marche, à condition qu’ils n’occasionnent pas de danger aux autres usagers de la route. Les cavaliers peuvent circuler à deux de front sur la voie, mais si un cavalier conduit sur l’accotement de plain-pied, tous les autres doivent circuler en une file.

Le code de la route stipule que les pistes cyclables et les trottoirs sont interdits aux cavaliers. En plus, il y a des règles particulières applicables sur les chemins réservés aux piétons, cyclistes et cavaliers. Ces derniers doivent indiquer tout changement de direction via un geste du bras. Attention ! Dans l’agglomération, il est également interdit de faire/laisser galoper des animaux attelés ou montés.

Des groupes d’au moins 10 cavaliers peuvent-être accompagnés par un convoyeur, qui veille au bon déroulement de l’excursion. Ce convoyeur doit être âgé de 21 ans et porter au bras gauche un brassard aux couleurs nationales. Aux carrefours, où la circulation n’est pas réglée par des feux de signalisation, le convoyeur est habilité à arrêter la circulation dans les rues de traverse pendant la traversée du groupe. A cet effet, il doit utiliser un disque représentant le panneau indicateur C3.

En divers points, la législation fait une nette distinction entre les cavaliers et les conducteurs d’attelages, appelés aussi meneurs. Ainsi, ces meneurs ne peuvent se diriger sur des chemins destinés aux cavaliers ou autres que sur la voie et en aucun cas deux chevaux de front. Légalement, un attelage ne peut contenir plus de quatre animaux en file et maximalement trois chevaux de front. Les attelages doivent être accompagnés de suffisamment de convoyeurs afin d’assurer la sécurité routière. Si le chargement dépasse les 12 mètres, un des convoyeurs doit suivre à pied ledit chargement.

 

images70.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
 
×