un compteur gratuit pour votre site web

3. Concours Complet

La plupart des sports équestres ont trouvé leur origine dans la chasse, tandis que le concours complet est né au champ de bataille. C'est une des disciplines qui demande un maximum d'efforts du cheval et son cavalier.
 
Bien qu'en 1912, ce sport soit déjà une épreuve olympique, il n'est devenu populaire qu'après la Seconde Guerre Mondiale. Aujourd'hui, des pays tels que les Etats-Unis, la Nouvelle-Zélande, l'Angleterre, l'Australie, l'Allemagne, l'ex-URSS et la France, produisent de grands champions de concours complet.
 
Pour réussir le concours complet, le cheval et le cavalier doivent faire preuve d'une grande compétence dans chacune des trois épreuves, notamment, le dressage, le fond ou cross country et le saut d'obstacles. Les trois épreuves se déroulent soit le même jour, soit en trois jours et prévoient plusieurs degrés de difficulté.
 
Certains prétendent que le dressage est la partie la plus importante du concours. L'épreuve dure sept minutes et demie et doit être exécutée par cœur. Les exigences de la partie du dressage ne sont pas aussi sévères qu'à un concours de dressage proprement dit. Néanmoins, les juges apprécient le comportement et l'obéissance du cheval dans l'exécution des diverses figures qui incluent l'arrêt, le trop en extension,  et le contre-changement de main.
 
Il est évident qu'une bonne exécution des figures dans le rectangle permette au cavalier de prendre de l'avance sur ses concurrents. Dans les compétitions importantes, les cavaliers font toujours preuve d'une grande habileté pendant le cross-country. Cette épreuve d'endurance prévoit au maximum 35 obstacles difficiles.
 
La distance olympique est d'environ 6.500 m. Aux Jeux Olympiques ou lors de concours tels que la compétition de trois jours à Badminton en Angleterre, l'épreuve compte quatre phase : premier routier, steeple-chase, second routier et cross.
 
Pendant le premier et le second routier, le cheval doit couvrir une distance au trot rapide à environ 220 mètres à la minute pour être dans le temps. Le steeple-chase de 2000 à 3000 m, s'effectue au galop. Pour éviter des points de pénalité, le cheval doit courir à une vitesse moyenne de 600 à 650 mètres/min. Après le second routier, les concurrents respectent un temps d'arrêt obligatoire de dix minutes avant de prendre le départ de l'épreuve la plus spectaculaire, le cross.
 
Le tracé du cross utilise au maximum les mouvements naturels du terrain. Le parcours qui varie entre 3000 et 6500 m, impose une vitesse minimale de 500 à 580 m/minute. La hauteur maximale des divers obstacles est de 1,20 m pour une largeur de 2 m.
 
Un des obstacles les plus difficiles est le "coffin ". Il comprend trois parties : un obstacle, un fossé et un second obstacle.
 
Les fautes sont sévèrement pénalisées. En plus des pénalités de temps, on compte des points de pénalité supplémentaires pour un refus et pour une chute. Trois refus sur le même obstacle provoquent l'élimination.
 
Avant de passer au concours hippique, le cheval est soumis à un contrôle vétérinaire rigoureux ainsi qu'à une présentation devant le jury. Lors de cette épreuve, les cavaliers partent dans l'ordre inverse du classement provisoire ce qui rend le suspens total jusqu'au dernier moment.
 
 
cheval-vendeen-3.jpg
 
 
 
 
kjn-uazbtxu3sczti9amatl72ejkfbmt4t8yenimkbvaiqdb-rd1h6kmubwtcebj.jpg