un compteur gratuit pour votre site web

19. Les Impulsions

L’impulsion selon le manuel :

C’est l’énergie du cheval, naturelle, ou acquise par le travail, qui génère le mouvement.

La notion d’impulsion abordée au galop 2 reste une notion assez abstraite. Elle est liée à la notion d’activité exploitée par l’homme et lui permet plusieurs actions : équilibrer le cheval, augmenter ou ralentir l’allure.

L’impulsion naturelle

Le régime de production de la locomotion en liberté est lent et économique. En 24 heures, le cheval se repose 5 à 6 heures, marche 18 heures, et trotte ou galope pendant ½ heure.

L’impulsion naturelle est un potentiel d’action spécifique accumulé, immédiatement disponible en cas de besoin : fuite en quelques rares occasions. La consommation d’énergie est très coûteuse, et ne peut être que sporadique.

L’impulsion artificielle

Seul un cheval dûment entraîné et qui a fait l’objet d’un apprentissage spécifique est capable de fournir l’effort soutenu qu’on attend de lui, et donc de manifester une impulsion.

Les besoins énergétiques de l’animal sont alors très supérieurs à ceux de l’animal à l’état libre. En plus de sa ration d’entretien, il faudra lui apporter une ration de travail.

Cette disposition à se porter en avant doit être complètement soumise aux aides du cavalier/meneur et exige le respect absolu de la main et de la voix qui canalisent et régulent cette impulsion.

L’impulsion artificielle détermine l’engagement des postérieurs sous la masse et l’énergie de leur détente. Elle est à rapprocher de deux autres notions : l’équilibre et la vitesse.

Impulsion et Equilibre :

La forme la plus aboutie de cette impulsion mariée à l’équilibre est la recherche de la légèreté du devant : piaffer, pirouette.

Impulsion et Vitesse :

L’impulsion permet d’obtenir la vitesse, non par augmentation de la cadence (précipitation) mais par augmentation de l’amplitude de la foulée (engagement des postérieurs), et permet ainsi au cheval de garder une attitude équilibrée : allongements.

Le dressage doit permettre au cheval de travailler en équilibre, décontracté, avec une cadence régulière et impulsive. On peut alors redéfinir le terme d’impulsion acquise (artificielle) :

Maintien de l’énergie dans la cadence et la légèreté, le cheval développant la même dose d’énergie, continuant le mouvement sans le secours des aides et sans augmenter sa vitesse.

La définition officielle de l’impulsion induit des comportements de violence que rien ne justifie. Sous prétexte d’impulsion, les hommes bousculent leur cheval et compromettent son équilibre. L’impulsion n’est pas une question de « jambes », les mauvais traitements inhibent l’impulsion au lieu de la laisser s’épanouir. Les coups sont impuissants à déclencher un comportement appétitif, le désir de se porter en avant. Pour qu’il y ait impulsion, le cheval doit éprouver un véritable plaisir fonctionnel à se mouvoir.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.