un compteur gratuit pour votre site web

2. Manque d'appetit

Savoir quand un cheval est malade ou blessé et à quel moment il faut faire appel au vétérinaire n'est pas toujours chose facile. C'est ainsi que prendre des mesures de précaution élémentaires telles que mesurer la température d'un cheval fait partie de la responsabilité du propriétaire. Ce dernier doit tenir compte des coups de pied ou autres, des blessures superficielles et d'autres affections mineures auxquels le cheval est susceptible. Il est donc essentiel de disposer de l'équipement nécessaire et de l'utiliser de façon adéquate.
 
Savoir comment maîtriser un cheval blessé et que faire en cas d'urgence en attendant le vétérinaire, peut également aider à sauver la vie de l'animal. L'administration de vermifuges et d'autres médicaments est également du ressort du propriétaire tout comme les soins qui sont donnés en période de convalescence. Il est important de savoir comment effectuer toutes ces tâches.
Les accomplir de façon incorrecte ne ferait qu'empirer la situation.
 
Quels sont les signes de maladie apparents chez un cheval ?
 
Les signes de maladie peuvent se traduire par un changement d'apparence, une perte de condition physique, une autre robe ou par des gonflements ou des enflures anormales. Les changements de comportement, y compris le manque d'appétit, la lassitude ou les signes de nervosité sont également très révélateurs.
 
Les affections physiques qui se manifestent par des décharges anormales, des difficultés respiratoires, des urines ou des fèces anormales, doivent également être observées avec méfiance. Des gestes hésitants ou des troubles intestinaux peuvent également révéler une maladie ou une paralysie.
 
Le cheval est un animal routinier. Une observation attentive lors du contrôle quotidien de l'animal est essentielle pour déceler le moindre comportement anormal qui pourrait indiquer telle ou telle affection. Si une maladie ne peut pas être décelée en phase prématurée, son développement sera d'autant plus grave.
 
La robe d'un cheval est un excellent indicateur de santé. Si elle perd de sa brillance, cela signifie que l'animal est malade. Une transpiration locale est toujours un signe négatif. La déshydratation se manifeste, quant à elle, par une perte d'élasticité de la peau.
 
Un manque d'énergie généralisé révèle souvent une maladie chronique. En cas de trouble hépatique chronique dû à l'empoisonnement du séneçon, la perte d'énergie physique est le seul signe révélateur. Dans d'autres cas, la morphologie change. C'est ainsi qu'un ventre ballonné traduit souvent une infestation de vers aiguë. L'accumulation de liquide lymphatique sous-cutané qui peut causer des enflures aux jambes ou à l'abdomen, révèle une mauvaise circulation sanguine, un manque d'exercice ou une infection.
 
L'appétit est probablement le meilleur indicateur de santé. Si un cheval boude sa  ration, il faut en chercher la cause.
 
Une raideur peut indiquer que le cheval est malade (tétanos ou fourbure), blessé ou partiellement paralysé. La lassitude et le désintéressement total sont également des changements d'attitude révélateurs qui prêtent à réflexion. Des signes plus graves tels que les tremblements, la paralysie, un mauvais  fonctionnement locomoteur ou des pressions au niveau de la tête, exigent une assistance professionnelle.
 
Les changements locomoteurs tels qu'une respiration saccadée, lourde ou bruyante avec ou sans toux et des muqueuses nasales irritées sont également des symptômes de maladie révélateurs. Trop boire, uriner trop fréquemment ou pas assez souvent, des fèces trop dures, trop coulantes ou inexistantes, baver ou manger en laissant tomber la nourriture, sont tous des signes de maladie révélateurs qui nécessitent une attention toute particulière.
 
 
signature-site331-23.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×