un compteur gratuit pour votre site web

13. Blessures Profondes

Blessures Profondes

 (Consultez toujours un vétérinaire en cas de problème de santé.)

 Il est essentiel de maintenir les blessures propres et sèches. Si elles nécessitent une suture, il faut faire appel au vétérinaire.

 Une blessure exige-t-elle des points de suture ?

 Une blessure doit être bien nettoyée avant d'être suturée. Ceci laisse une petite cicatrice, ce qu'on appelle une cicatrisation de première intention (" première guérison "). Une blessure qui n'a pas été suturée ou qui dégénère relève de la cicatrisation de deuxième intention (seconde guérison ").

 Dans ce processus, les parties profondes et superficielles guérissent en premier là où le sang coagulé remplace le tissu granulaire qui se développera de l'extérieur vers l'intérieur. Une nouvelle peau vient ensuite recouvrir le tissu granulaire.

 crbst-r9hwo4jx.png

 

C'est le vétérinaire qui décide si une blessure doit être suturée ou pas. Cela dépend toutefois de la fraîcheur, de la profondeur et de l'endroit où elle se trouve. Les blessures causées à la tête et au corps guérissent mieux que celles des membres.

 Si la plaie est récente, il est préférable de ne pas la toucher avant l'arrivée du vétérinaire. Il ne faut jamais nettoyer une blessure à l'aide d'un produit désinfectant alcoolisé, il risquerait d'endommager les tissus et de retarder la guérison. On peut toutefois laver la blessure avec de l'eau tiède et y appliquer un bandage pour l'empêcher de s'infecter.

 Si la plaie n'est pas fraîche, elle risque de s'infecter par des bactéries. Dans ce cas, on ne peut pas la suturer étant donné qu'on isolerait l'infection et qu'une dégénérescence ultérieure pourrait s'en suivre. La plupart des blessures infectées guérissent parfaitement lors de la " seconde guérison ".

 

Comment peut-on soigner une blessure profonde ou infectée ?

 Une blessure infectée doit être nettoyée et désinfectée à l'aide d'une compresse et d'une solution désinfectante. Il faut ensuite appliquer une pommade antibiotique prescrite par le vétérinaire avant de mettre une compresse et un bandage.

Non seulement la pommade diminuera le risque d'infection et stimulera la guérison, mais elle empêchera également la compresse de coller sur le tissu meurtri par la plaie.

 Des compresses stériles paraffinées peuvent également être utilisées. Des plaies plus profondes peuvent endommager d'importantes structures internes. C'est ainsi que le tendon fléchisseur profond de l'arrière du paturon peut claquer à la suite d'une blessure causée par du fil barbelé.

Un claquage peut également avoir lieu si le cheval donne un coup du sabot au boulet avec son postérieur. Une telle blessure peut être grave et nécessite des points de suture qui doivent être faits par le vétérinaire.

 Une blessure peut provoquer le tétanos. Si le cheval n'a pas été vacciné, il est nécessaire de lui faire une injection antitétanique de façon à lui assurer une protection temporaire.

 

En quoi la guérison d'une blessure équine diffère-t-elle de celle d'autres espèces animales ?

 Chez le cheval, une blessure guérit différemment étant donné que le tissu granulaire se développe plus vite pendant la " deuxième guérison ". L'eau, les poudres et les pommades stimulent le développement du tissu granulaire. Ce dernier se développe si vite qu'il recouvre toute la surface de la peau où il formera une grosseur charnue de couleur rose (bourgeonnement de la plaie).

 Chez d'autres espèces animales, les blessures guérissent mieux sans bandage ou lorsqu'elles sont exposées à l'air. Par contre, chez les chevaux, il faut panser les blessures des membres lorsqu'elles sont en phase de guérison pour effectuer une pression sur la peau.

S'il s'agit d'une plaie importante, la guérison peut durer deux à trois semaines ou plus. Il ne faut pas laver une plaie guérissant, car le moindre contact avec de l'eau pourrait stimuler le bourgeonnement. Il convient toutefois de traiter la plaie à l'aide d'une compresse sèche ou légèrement humidifiée et de remplacer le bandage tous les jours.

 

En retirant le pansement trop tôt ou en n'appliquant pas de bandage du tout, le bourgeonnement deviendra trop important. Ce qui empêchera le nouveau tissu de se développer à la surface. C'est pourquoi, la malformation doit être cautérisée à la plaie à l'aide d'un cautère chimique. Il est conseillé de demander le produit adéquat au vétérinaire.

Il arrive que le bourgeonnement doive être éliminé par voie chirurgicale ou en appliquant la cryothérapie (traitement par application externe de froid).

 

signature-site331-7.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×