un compteur gratuit pour votre site web

37. Les hygromas

Les hygromas

Les hygromas sont des réactions complexes, parfois classées parmi les tares molles ; elles se forment sur des reliefs osseux à partir d'une réaction inflammatoire.

Différents hygromas :

Éponge ou Hygroma du coude : Tumeur molle de volume plus ou moins importante, disgracieuse mais ne faisant pas boiter. Elle est due à l'appui du fer qui se couche "en vache", à la suite de pressions répétées de la partie postérieure du fer sur la pointe du coude. Disgracieuse, mais bénigne, l'éponge nécessite l'application d'une ferrure spéciale.

Hygroma du genou ou gros genou : Similaire à celui du coude. Il est dû à un choc violent isolé ou répété sur la face antérieure chez le cheval d'obstacle ou en face interne et supérieure chez les trotteurs. L'hygroma de la face antérieure du genou peut entraîner des difficultés lors de l'extension du membre et gêner les grandes allures.

Hygroma du boulet : Du à des chocs répétés, se situe en face antérieure et en face interne du boulet. L'hygroma de la face antérieure du boulet, fréquent chez le cheval impatient qui tape dans son râtelier en attendant la distribution de nourriture, est ordinairement sans conséquence fonctionnelle fâcheuse.

Le capelet, hygroma qui siège sur la pointe du jarret au-dessus du calcanéum, peut être observé chez les chevaux qui ruent. Il doit être interprété comme l'indice d'un défaut caractériel, sauf pour les trotteurs chez lesquels il peut être provoqué par des heurts dans le sulky. Comme il peut gêner le coulissement des fléchisseurs du doigt, il est considéré comme une tâche fâcheuse.

 

signature-site-20.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !