un compteur gratuit pour votre site web

32. Les coliques

LES COLIQUES

Qu'est-ce qu'une colique et comment se manifeste-t-elle ?
Une colique est un trouble abdominal du cheval. Bien que le mal puisse provenir d'un trouble rénal (colique rénale), la colique équine est généralement intestinale. Des détecteurs nerveux ultrasensibles dans les intestins réagissent au moindre malaise.
C'est pourquoi, une petite douleur intestinale ou un trouble abdominal grave, provoque les mêmes symptômes. Pour le propriétaire, il est donc très difficile de savoir de quoi souffre son cheval.
Les symptômes d'une colique peuvent varier en fonction de la cause, mais le cheval manque souvent d'appétit et est léthargique. Il manifeste également un désintéressement total, regarde ses flancs, gratte le sol avec un antérieur et se cogne le ventre avec un postérieur. S'il s'agit d'une colique violente, la douleur s'aggrave et l'animal se roule par terre pour diminuer le mal tout en restant couché sur son dos. 
Cette position semble diminuer la douleur, en particulier chez les poulains. Les fèces peuvent être dures, molles ou inexistantes et le cheval peut transpirer selon la cause. Dans certains cas, le cheval est en état de choc et a des extrémités froides, des membranes muqueuses bleuâtres et un pouls rapide.
.
Une colique est-elle grave ?
Bien que certains troubles tels que la constipation ne présentent qu'une gêne temporaire, la réaction du cheval fait souvent penser à une complication plus grave. Sa réaction naturelle sera de se rouler par terre, mais il risque alors de provoquer une constriction intestinale qui peut être fatale en cas d'intervention tardive.
En cas de colique, il faut, en prévention, soulager la douleur avant que le cheval ne se blesse ou n'ait des complications. Dans ce cas, il faut appeler un vétérinaire au plus vite de sorte qu'il puisse administrer un sédatif à l'animal. Une colique doit toujours être considérée comme un cas d'urgence.
 
A Savoir : Les facteurs de risques :
* Le type d'utilisation des animaux (élevage, compétition...) n'a pas d'influence, mais les coliques sont d'autant moins fréquentes quand la superficie de l'exploitation est élevée.
* Le risque est également plus élevé quand le nombre de chevaux à l'hectare est important.
* Un récent changement de conditions d'élevage (mise au box par exemple) est corrélé à un plus fort risque de colique. Les chevaux passant plus de 50 % de leur temps au box sont également plus exposés.
* La source d'abreuvement importe également : l'accès à un seau d'eau augmente le risque alors que l'accès à un abreuvoir le diminue.
* Les chevaux à coliques semblent avoir eu moins d'activité physique dans la semaine qui a précédé que les animaux sans coliques. Des commémoratifs de transport récent ne constituent pas un facteur de risque.
* De même, les chevaux ne recevant pas un programme de vermification régulier sont à risque. Cependant, l'administration d'un vermifuge dans les sept jours précédant la crise est un facteur de risque.
* Des modifications climatiques majeures dans les trois jours précédant l'épisode de colique sont un facteur de risque.
Un changement récent dans l'alimentation et surtout de la nature du foin (dans les deux semaines précédentes) constitue un très important facteur de risque. Les chevaux au pré, ne recevant pas d'autre chose, ont significativement moins de risque de développer des coliques.

Quelle est la cause de colique la plus fréquente ?
Dans la plupart des cas, la colique est due à une infestation de vers. Une étude récente a montré que 90% des coliques étaient provoquées par le parasitisme. Les larves migrantes des vers rouges (Strongyles Vulgarisa) abîment la paroi intestinale riche en vaisseaux sanguins.
Les vaisseaux s'obstruent et n'irriguent plus l'intestin ce qui cause des douleurs. Récemment, on a observé plusieurs chevaux durant une opération. Ils souffraient tous d'un enchevêtrement de l'intestin grêle avec le gros intestin et le caséum. Il s'est avéré qu'ils étaient atteints d'une infestation de vers plats. Il a été démontré que ces vers sont une des causes possibles de colique.
Qu'est-ce qu'une colique spasmodique ?
Cette forme de colique ressurgissant est sans doute la plus fréquente. Généralement, les douleurs sont soudaines et sont accompagnées de symptômes de colique normale, d'un pouls et d'une respiration plus rapides durant les douleurs. Ces dernières disparaissent après quelques heures et resurgissent après 6 à 12 heures. Puisque aucune anomalie abdominale n'est observée à l'auscultation et à l'examen rectal, on suppose que cette colique est causée par les vers. Un traitement avec des sédatifs et des médicaments antispasmodiques, permet d'apaiser la douleur.
Qu'est-ce qu'une colique flatulente ?
Une colique flatulente se manifeste lorsque des gaz s'accumulent dans l'estomac à la suite d'une fermentation. Ce phénomène provoque la distension de l'intestin ainsi qu'une douleur persistante. Ce genre de colique est souvent dû à une indigestion ou à une nourriture qui a tendance à fermenter (herbe, trèfle ou luzerne fanée). Il faut deux heures avant que la nourriture n'atteigne le gros intestin après avoir traversé l'estomac. 
La flatulence se manifeste donc rapidement après que l'animal ait mangé. Dans une première phase, les intestins sont mouvementés et bruyants. Lorsque le mouvement intestinal diminue, le gros intestin se distend. Dans les cas graves, le volume de l'abdomen prend une telle ampleur qu'il gêne la respiration et oblige le cheval à s'asseoir comme un chien pour réduire la gêne. La flatulence disparaît après l'expulsion des crottins dont l'odeur est particulièrement forte.
La colique flatulente peut être traitée avec des sédatifs et des remèdes tels que de l'huile de lin, administrés à l'aide d'une sonde gastrique. Il arrive qu'une opération chirurgicale exploratoire s'impose pour faire échapper les gaz enfermés dans l'intestin.
 
Les symptômes.
Les symptômes apparaissent dans l'ordre :
• Perte de l'appétit.
• Le cheval se regarde les flancs.
• Sudation.
• Tachycardie (accélération du rythme cardiaque).
• Polypnée (respiration rapide).
Agitation.
• Le cheval gratte le sol.
• Le cheval se couche, se roule, se relève, se campe, se recouche...
• Agitation extrême.
• Les muqueuses oculaires et buccales passent du rose à rouge brique voir violet.
 
images70.jpg
 
 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×