un compteur gratuit pour votre site web

15. Les ulcères gastriques

LES ULCERES

LES ULCERES GASTRIQUES

L’estomac est un organe complexe dont le fonctionnement repose sur un équilibre assez fragile. Excès de stress, surentraînement, alimentation mal répartie au cours de la journée sont autant de facteurs qui peuvent provoquer l’apparition d’ulcères gastriques.

Présentation

Composition de l'estomac du cheval L’estomac est composé essentiellement de deux parties, correspondant chacune à un type de muqueuse spécifique : dans sa partie supérieure, une muqueuse squameuse non sécrétant et, dans sa partie une muqueuse glandulaire sécrétant les sucs gastriques (acide chlorhydrique, pepsine, mucus …) Les deux parties sont séparées par une ligne appelée margo plicatus. Les aliments pénètrent dans l’estomac par un orifice appelé cardia et ressortent par le pylore pour atteindre le duodénum.

Définition de l'ulcère

Un ulcère gastrique se définit comme une érosion de la muqueuse de l’estomac qui perd alors son intégrité. La perte de substance de la muqueuse peut être plus ou moins importante, jusqu’à occasionner des saignements ou même une perforation totale de la paroi de l’estomac générant ainsi une péritonite le plus souvent fatale.

L’apparition d’ulcères gastriques résulte la plupart du temps d’un déséquilibre entre les facteurs de protection et les facteurs agressifs de la muqueuse. Ainsi un excès d’acidité peut provoquer des lésions de la muqueuse squameuse de l’estomac.

De la même façon, une diminution des facteurs de protections de la muqueuse glandulaire peut engendrer des lésions d’ulcération.
Cette muqueuse est normalement protégée par un mucus gastrique, les prostaglandines E2, le flux sanguin, le renouvellement cellulaire et la motilité gastrique. Le pH est le reflet de l’acidité gastrique.

Celui ci peut tomber très bas (<2) en l’absence d’aliment dans l’estomac. La distribution de foin à volonté ou la possibilité de brouter toute la journée contribuent à rendre ce pH moins acide.

Au contraire, l’administration d’aliments concentrés augmente brutalement la sécrétion de gastrine, hormone responsable de la sécrétion des sucs gastriques, et favorise ainsi l’apparition des ulcères.

A noter également que 50% des foals présentent aux aussi des ulcères gastriques de manière asymptomatique mais, lorsque les signes cliniques sont présents, la maladie est souvent plus grave chez l’adulte car le duodénum est souvent atteint et les risques de perforations sont du coups plus grands.

La dépression de l’état général occasionnée par une maladie est également un facteur favorisant l’apparition d’ulcères chez le foal. Ceci est sans doute du à la diminution du flux sanguin au sein de la muqueuse gastrique.

C’est pourquoi, en milieu hospitalier, les foals reçoivent généralement un traitement préventif des ulcères en parallèle du traitement de la maladie pour laquelle ils sont hospitalisés. Notons également que les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont ulcérogènes.

L’évolution la plus grave des ulcères gastriques est la perforation de la paroi gastrique ou duodénale. Elle mène à une péritonite plus ou moins localisée qui peut être fatale.

En dehors de ces cas extrêmes, la cicatrisation d’ulcères sévères peut entraîner une fibrose cicatricielle de la muqueuse gastrique augmentant ainsi le risque de désordres fonctionnels au niveau de la vidange gastrique.

On observe alors une surcharge gastrique chronique favorisant l’apparition de nouveaux ulcères et générant de l’inconfort abdominal.

Les symptômes

Des signes cliniques non spécifiques Les signes cliniques des ulcères gastriques sont assez souvent non caractéristiques :

- Coliques d’intensités et de récurrence variables,

- Anorexie plus ou moins marquées,

- Grincement de dents (bruxisme)

- Modifications comportementales,

- Abattement

- Décubitus dorsal (le cheval qui se couche sur le dos)

On peut également rencontrer d’autres signes encore moins spécifiques :

- Hypersalivation,

- Bâillement,

- Eructation

- Baisse de l’état général et baisse des performances

- Poils de mauvaise qualité

- Diarrhée intermittente,

- Présence de sang digéré (noir) dans les crottins (mais c’est assez rare)

Ces signes cliniques ne se retrouvent pratiquement jamais en totalité chez un même individu. Ce sont des signes d’appels, ils ne constituent que très rarement un tableau clinique typique. Beaucoup d’ulcères gastriques sont dépourvus de signes cliniques démonstratifs ce qui rend leur diagnostic délicat. Les crises ulcératives peuvent néanmoins être très douloureuses et très démonstratives, surtout chez le foal. Le diagnostic de certitude.
 

L’existence de l’un ou de plusieurs de ces signes cliniques doit attirer l’attention sur l’éventualité d’un désordre abdominal d’ordre chronique ou aigu. Le contexte de vie du cheval et son âge sont également des éléments à prendre en compte.

Le diagnostic de certitude est apporté par la gastroscopie. Après une période de jeûne d’au moins une dizaine d’heures, le cheval est tranquillisé.

Le gastroscope est introduit précautionneusement par les cavités nasales jusqu’à l’estomac via l’œsophage, comme une sonde nasogastrique (utilisée lors de colique).

L’estomac est ensuite dilaté par le l’air envoyé via le gastroscope. L’opérateur inspecte alors la muqueuse gastrique. La muqueuse squameuse est blanche à rose pâle, sa structure est plutôt lisse.

La couleur de la muqueuse glandulaire va d’un rose foncé au rouge, d’aspect plissé. En fin d’examen, si le gastroscope est assez long, l’opérateur le dirige dans le pylore et attend que celui ci entraîne, par ses contractions, le gastroscope dans le duodénum.

Il faut savoir que cette opération n’est pas toujours réalisable mais est très intéressante car elle permet d’apprécier la motilité de la vidange gastrique. Elle permet également de visualiser d’éventuelles lésions du duodénum qui seraient plus graves.

Les ulcères peuvent être superficiels ou profonds, parfois même saignants. Ils peuvent être petits et nombreux ou regroupés en larges plages. Leur localisation préférentielle est la muqueuse squameuse proche de la margo plicatus.

Pour évaluer le fonctionnement de la vidange gastrique ou pour visualiser une striction (le plus souvent au niveau pylorique) suite à la cicatrisation d’ulcères sévères (fibrose de la muqueuse gastrique), une radiographie avec un produit de contraste peut être effectue. Lorsque des ulcères sévères sont visualisés ou lorsque des ulcères du duodénum sont suspectés (risque de perforation et de péritonite), une échographie abdominale et une paracentèse (prélèvement de liquide abdominal pour analyse cytologique, biochimique) peuvent être effectuées.

Traitement

Le but du traitement est de diminuer ou de neutraliser la sécrétion d’acide pour permettre la cicatrisation des lésions.

Les traitements administrés sont longs (3 semaines minimum) et généralement relève coûteux car il dérive souvent de la médecine humaine. Plusieurs types de médicaments existent et doivent être utilisés le plus souvent en combinaison en fonction de la gravité et de la localisation des lésions :

- Le sucralfate qui augmente la production de mucus et favorise par conséquent la protection de la muqueuse glandulaire.

- L’hydroxyde d’aluminium qui, en augmentant le flux sanguin de la paroi stomacale et en la recouvrant, la protège des agressions acides.

- Les antagonistes des récepteurs à l’histamine qui diminue les sécrétions acides

- Les inhibiteurs de la pompe à proton (oméprazol et ses dérivés.) qui diminuent la sécrétion d’acide chlorhydrique

 

images70.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×