un compteur gratuit pour votre site web

3. Les Chevaux sauvages

Les chevaux sauvages

Les véritables chevaux sauvages, ceux qui n'ont jamais été domestiqués par l'homme, n'existent plus. Ces chevaux sauvages sont en fait les descendants de chevaux domestiques retournés à l'état sauvage.

Sur 60 millions de chevaux à travers le monde, ils sont environ 350000. Malgré ce faible nombre, on parle régulièrement d'abattages massifs afin de contrôler leur prolifération.

En effet, installés dans des écosystèmes fragiles qui ne sont pas adaptés à l'origine pour les accueillir, leur surpopulation menace la flore en voie d'extinction. Ils rentrent aussi en conflit avec l'homme, toujours avide de territoires nouveaux pour l'élevage des bovins par exemple.

1- Les Mustang, les plus connus d'entre eux, vivent dans les régions les plus arides du Nevada . Ils sont les descendants des chevaux abandonnés par les conquistadors espagnols au XVIème siècle, comme ces 17 premiers chevaux amenés par Cortès en 1519. Ces animaux et ceux des voyages suivants firent souche et se répandirent très vite.

Il y a 200 ans, ils étaient de 2 à 4 millions. Aujourd'hui, ils  ne sont plus que 40000, et sont parqués dans des réserves ou tués au fusil par hélicoptèreou en 4x4.  Le Bureau d'aménagement du territoire en capture certains pour les réintroduire dans des réserves où l'herbe est plus abondante, comme la Californie par exemple.

2- Les chevaux de Namibie, 200 animaux descendant des chevaux des colons venus du Cap, vivent dans un territoire quasi désertique délimité naturellement par des dunes et classé réserve naturelle.

Il y fait des températures de 70°C au sol en décembre et -5°C en juin, avec des vents fréquents soufflant jusqu'à 140km/h. Il est étonnant que des chevaux domestiques à l'origine aient pu survivre dans un milieu aussi rude. Pendant la saison sèche, les chevaux doivent se contenter de quelques rares touffes d'herbe sèche.

Un abreuvoir est maintenu par l'homme, mais la quête de nourriture est une lutte incessante qui les oblige à une marche perpétuelle dans un désert qui ne pardonne pas. Les hyènes et les léopardsveillent autour du point d'eau et dans les rochers.

3- Les Brumbies, les plus nombreux, vivent à 300000 dans le Nord Australien, une région quasi désertique. Ce sont les descendants des chevaux abandonnés après la ruée vers l'or au XIXème siècle.

Exploités pour leur viande jusque dans les années 70, ils ont été abattus par dizaines de milliers à la fin des années 80, soupçonnés de répandre la brucellose qui menaçait l'élevage bovin. Depuis, la sécheresse qui règne dans la région a naturellement limité la surpopulation. La rudesse du milieu leur a donné une constitution chétive,ce qui en a fait des chevaux inaptes à être dressés et montés.

4- Les chevaux du Kaimanawa, au nombre de 1800, vivent en Nouvelle Zélande où l'on parle d'en abattre la moitié.

5- Les Prjewalski sont un cas à part puisqu'ils sont à l'origine de vrais chevaux sauvages. Ce sont de petits chevaux de couleur isabelle, à la crinière foncée et hirsute, aux membres zébrés et au bout du nez blanc.

Ils ont 66 chromosomes contrairement aux chevaux domestiques ou dits sauvages qui en ont 64. Découverts en 1881, ils avaient quasiment disparus. Quelques troupeaux vivent en Mongolie, où on les appelle des Tachis (prononcer Taris), mais la race est menacée par les croisements avec les races domestiques locales.

A partir des quelques spécimens conservés dans les zoos, des tentatives de réinsertion sont préparées par un passage dans des réserves contrôlées. Ainsi, une trentaine de ces chevaux vivent sur 200 hectares dans les Cévennes. Içi ces chevaux ont retrouvé leur comportement naturelen fondant deux  familles avec un mâle dominant chacune et un groupe de mâles célibataires.

 

images70.jpg

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !