un compteur gratuit pour votre site web

17. Les peurs du cheval

Peurs du cheval

Comprendre les peurs du cheval

La peur
Les réactions provoquées par la peur sont souvent les plus dangereuses: une bonne connaissance de la psychologie du cheval permet de les prévenir ou, du mois de savoir comment se comporter pour ne pas accroître sa panique.

 

Une proie
Malgré sa masse et sa force, le cheval est un animal craintif et ses réactions sont les plus redoutées du cavalier. Malgré sa domestication, le cheval est resté avec le sentiment d'être une proie. Dans un troupeau, la sécurité est assurée par le groupe, et les chevaux se sentent beaucoup plus confiants.

 

La défense
Comme le cheval n'a ni de griffes, ni de dent acérées, qu'il ne puisse monter aux arbres ou se glisser dans un terrier, son seul moyen de défense est la fuite.

 

L'instinct brimé
Les chevaux domestiques sont souvent privés de la possibilité de fuir, car ils sont captifs et souvent séparés de leurs congénères. Carrément attachés le nez aux murs, enfermés dans un box et même en selle ils sont bridés entre les mains du cavalier... En agissant ainsi, nous brimons deux instincts fondamentaux: l'instinct grégaire et l'instinct de fuite.

 

Les conséquences
Il ne faut donc pas s'étonner que le cheval domestique développe des réactions de peur parfois excessives et soit un peu paranoïaque. Priver de ses défenses naturelles le cheval se sent très menacé, il est constamment sur la défensive. De plus, les chevaux ayant reçu un débourrage brutal ou traumatisant risquent fort bien de devenir névrosé, tout leur fait peur.

 

Que faire?
Il faut s'inspirer du débourrage éthologique pour l'éduquer en lui incluent à la fois respect et confiance. Le cheval a besoin d'un maître sur qui il peut compter pour le rassurer et le défendre en cas de peur. Il faut l'éduquer en tenant compte à chaque instant de ses instincts et frustration due à la vie domestique. Si votre cheval vous fait entièrement confiance, il sera par le fait même beaucoup plus confiant de lui en votre présence.

 

À ne pas faire...
Il ne faut jamais frapper ou pénaliser un cheval qui a peur sinon cela ne fera qu'amplifier son sentiment de crainte. Il se dira: << ce danger est vraiment grave, puisqu'il m'arrive en plus des choses désagréables dès que je le rencontre >> la prochaine fois, il s'en  méfiera encore plus...

 

Rassurez-le avant tout...
Il faut établire un environnement de confiance, il faut le rassurer de la voix, et par des caresses. Vous pouvez aussi canaliser le mouvement de fuite, en le fessant tourner autour du danger. Il se calmera beaucoup plus vite que si vous le forcer à rester sur place en le corrigeant.

 

Retenir la leçon.
Maintenant vous savez ce qui a effrayé votre cheval. C'est à vous de lui prouver que cette crainte est sans danger. Recommencer donc l'exposition quelques heures ou jours plus tard, toujours en le rassurant, jusqu'à ce qui n'y ait plus aucune crainte.

 

dscn2016-1.jpg

 

images70-9.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×