un compteur gratuit pour votre site web

3. Décontraction & Equitation

Décontraction et équitation

183812-137394406327109-100001696517178-228102-7575128-n.jpg

 A l'heure où fleurissent mille et une façons d'aborder le cheval et l'équitation; où tout semble bon pour faire recette penchons nous sur ce qui me semble être la base de tout travail, voir la nécessité à rechercher en toute circonstance.

 Bien entendu je ne vous parle pas de ces temps de promenades tranquilles, qui portent en elles par essence, (du moins le devraient elles) calme et décontraction.

Non je vous parle de ces temps de travail en manège et en carrière où nous tentons de redonner à nos chers compagnons tout leur brillant alors même qu'ils s'expriment sous notre selle.

 Que ce soit temps de travail à l'obstacle ou en dressage.

 Notre cheval se voit alors contraint d'assurer sa locomotion avec un poids parfois mobile sur son dos. Que d'interférences, et de parasitages pour ce partenaire, dont les tentatives d'accordages sont parfois rendues fort complexes.

 Il nous incombe donc à nous cavaliers de faire un sérieux effort de liant, de dissociation et d'équilibre afin d'être cohérent pour notre cheval. Or ces efforts ne seront possibles et réalisables qu'à la condition d'une parfaite décontraction.

 Ainsi pourrons-nous accompagner au mieux notre monture, et favoriser chez elle décontraction en retour.

Cette recherche passe alors par une certaine capacité d'auto analyse.

En effet rien de possible sans cette attention mêlée de ressentis, sur notre notion de positionnement.

Suis je correctement assis sur ma selle, d'aplomb, centré?

Ma ligne de dos est elle libre, redressée telle les branches de l'arbre qui se montent vers le ciel?

Mes jambes sont elles relaxes, et descendues?

Ma respiration... lente et tranquille est elle suffisamment profonde pour me permettre d'accompagner mouvements et cadence sans risque pour moi de blocages et de crispations?

Ces temps d'introspection et d'écoute personnelle me paraissent un bon début dans la relation de notre couple cheval cavalier.

Ils précèdent voir accompagnent l'attention portée au cheval lui même, et font parties intégrantes des premiers temps de la détente.

Et s'il me prend l'envie de monter dans les allures supérieures, je dois être capable de le faire librement, souplement et en équilibre indépendamment de toute action sur mes rênes.

Mon bassin doit alors pouvoir garder sa mobilité, tandis que mes articulations ( cuisses- bassin, genoux) doivent pouvoir laisser passer sans crispation et résistance les mouvements et oscillations de ma monture.

D'ailleurs à ce moment là, si l'on prête attention à notre cheval, nous devrions le percevoir calme, décontracté, évoluant dans l'équilibre et la régularité d'une cadence lente et déliée...

Ma ligne de dos est elle libre, redressée telle les branches de l'arbre qui se montent vers le ciel?

Mes jambes sont elles relaxes, et descendues?

Ma respiration... lente et tranquille est elle suffisamment profonde pour me permettre d'accompagner mouvements et cadence sans risque pour moi de blocages et de crispations?

Ces temps d'introspection et d'écoute personnelle me paraissent un bon début dans la relation de notre couple cheval cavalier.

Ils précèdent voir accompagnent l'attention portée au cheval lui même, et font parties intégrantes des premiers temps de la détente.

Et s'il me prend l'envie de monter dans les allures supérieures, je dois être capable de le faire librement, souplement et en équilibre indépendamment de toute action sur mes rênes.

Mon bassin doit alors pouvoir garder sa mobilité, tandis que mes articulations (cuisses- bassin, genoux) doivent pouvoir laisser passer sans crispation et résistance les mouvements et oscillations de ma monture.

D'ailleurs à ce moment là, si l'on prête attention à notre cheval, nous devrions le percevoir calme, décontracté, évoluant dans l'équilibre et la régularité d'une cadence lente et déliée...

L'idéal somme toute.

L'exercice de descente, voir d'extension d'encolure lors de ce temps de détente est alors une aide précieuse afin d'obtenir décontraction et optimisation des allures de notre compagnon (éléments qui doivent perdurer, moyennant plusieurs temps de poses durant tout le travail ultérieur)

Le cheval évoluant dans l'étirement de son encolure vers le bas, en équilibre (exercice délicat s'il en est), dans une cadence lente et régulière, le contact doux du cheval sur son mors, et ce toujours dans un souci d'impulsion....

Exercice recommandé par le docteur vétérinaire Pierre Pradier, afin de permettre au cheval monté de retrouver son amplitude naturelle.

Et si nous avons le bonheur d'avoir su allier tous ces éléments, c'est donc sans heurts aucun que nous devrions, en nous ré ajustant et en prenant un soin tout particulier quant à la rectitude de notre cheval, obtenir un partenaire léger, délié, en équilibre et disponible... Et ce quelque soit l'exercice recherché fut ce t'il fait de dressage ou d'obstacles à sauter.

Si nous avons su respecter tout cela, sans jamais oublier d'adapter nos demandes aux capacités de notre cheval, nous devrions pouvoir lire dans son regard lorsque nous mettrons pieds à terre, confiance et amitié...

n810212229-520021-2345.jpg

 

images70.jpg