un compteur gratuit pour votre site web

1. La patience

La patience

La patience

- Aptitude à se maitriser face à une attente

- Aptitude à rester calme dans une situation de tension ou face à des difficultés

- Qualité de persévérance

Elle s’acquiert et s’exerce, mais demande des efforts de concentration et de maitrise de soi. La patience est une des qualités pédagogiques indispensables pour l’enseignement de l’équitation. Elle permet de conserver, même dans la difficulté, le plus grand respect

- 1/ de l’animal,
- 2/ de l’élève-cavalier.

Ce « sens pédagogique » n’est pas inné. Pour réussir des interventions mesurées et à propos, l’enseignant doit pouvoir maintenir une attitude souple, compréhensive, bienveillante, et ferme à la fois.
Rien ne sert, en effet, d’hurler sur un élève ni de l’humilier ou de l’insulter comme on entend encore trop souvent sur les carrières équestres du XXIeme siècle ! Il ne faut pas confondre l’incompétence pédagogique de l’enseignant avec l’ignorance ou l’incapacité motrice d’un cavalier.

Est-ce que le cavalier a compris ? Si non, pour quelles raisons n’a-t-il pas compris ? Est-ce que l’enseignant s’est exprimé de façon compréhensible ?

Est-ce que le cavalier est en mesure de le faire ? Si non, pour quelles raisons ? L’enseignant n’a –t-il pas fait l’impasse sur une étape de l’apprentissage ?
La seule chose que récoltera cet enseignant est une perte de l’estime des cavaliers et une perte de crédibilité, ce qui passe souvent inaperçu à ses propres yeux. Ceci est tout à fait logique, de surcroit, car un tel enseignant est incapable de « sentir quoi que ce soit », il ne peut donc trouver des solutions aux diverses situations, il ne lui reste plus qu’à crier, humilier, insulter ses élèves de « nuls » ou autres qualificatifs tout aussi choquant pour qui est responsable de l’éducation, a fortiori quand il s’agit d’enfants ou d’adolescents. 

La patience incite l’élève à prendre modèle sur le professeur.

Le professeur intervient au bon moment, intervient avec l’intensité adéquate et discernement, il observe et sent les situations, il dose ses exigences. Il sait se contenter d’un petit progrès chaque jour, demander peu et encourager beaucoup. Avec lui, les élèves n’ont pas peur de l’échec, ils ne craignent pas un blâme non plus. Ils se sentent en confiance et collabore du mieux qu’ils peuvent à leur propre apprentissage.

Le rôle d’un enseignant n’est pas de crier sur des élèves qui ne progressent pas au rythme que l’enseignant a choisi. Son rôle c’est aider le cavalier dans son cheminement difficile vers le progrès. En aucun cas, il n’est là pour juger, mais pour s’occuper de tous avec sollicitude et équité, en faisant absolument abstraction des « chouchous » possibles, surtout s’il s’agit de membres de la famille.

 

images70.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !